Skip MenuCampus > À Télécharger > Petit manuel de Pharmacovigilance > 1.5 - Profils d'effets indésirables de médicaments cardiovasculaires

Petit manuel de Pharmacovigilance

et Pharmacologie clinique

PDF
Partie 1

1.5 - Profils d'effets indésirables de médicaments cardiovasculaires


Profil d'effets indésirables des diurétiques

Le profil d'effets indésirables communs aux diurétiques est principalement constitué de :

  • troubles électrolytiques : hyponatrémie, déshydratation ;
  • douleurs musculaires et crampes ;
  • hypotensions artérielles ;
  • insuffisances rénales ;
  • troubles digestifs ;
  • céphalées, sensations vertigineuses, paresthésies ;
  • rares réactions d'hypersensibilité.

Au cours de la grossesse, les diurétiques exposent à des déséquilibres hydroélectrolytiques et à une hypoperfusion placentaire avec des conséquences délétères pour l'enfant à naître.

Thiazidiques et diurétiques de l'anse. Les effets indésirables propres aux diurétiques thiazidiques (hydrochlorothiazide, etc.) et aux diurétiques de l'anse (furosémide, etc.) sont principalement :

  • hypokaliémies ;
  • troubles métaboliques : hyperglycémies, hyperuricémies avec crises de goutte ;
  • alcaloses hypochlorémiques ;
  • photosensibilisations ;
  • lithiases rénales.

– Particularité des diurétiques thiazidiques : diminution de l'excrétion urinaire du calcium.

Particularités des diurétiques de l'anse : augmentation de l'excrétion urinaire du calcium, hypocalcémie et néphrocalcinose ; acouphènes et surdité.

Diurétiques hyperkaliémiants. Les effets indésirables propres aux diurétiques hyperkaliémiants sont surtout :

  • hyperkaliémies et leurs conséquences cardiaques ;
  • gynécomasties, troubles menstruels, troubles sexuels pour la spironolactone, le canrénoate de potassium, la canrénone et l'éplérénone du fait de leur effet antiandrogène ;
  • lithiases des voies urinaires, hyperuricémies pour le triamtérène ;
  • hémorragies digestives hautes pour la spironolactone.

 

Profil d'effets indésirables des IEC et des sartans

Le profil d'effets indésirables des inhibiteurs de l'enzyme de conversion (IEC) (ramipril, etc.) est principalement constitué de :

  • hypotensions artérielles ;
  • sensations vertigineuses, fatigues, céphalées ;
  • troubles digestifs ;
  • hyperkaliémies, hyponatrémies ;
  • insuffisances rénales ;
  • atteintes cutanées, photosensibilités ;
  • angiœdèmes ;
  • toux ;
  • hypoglycémies ;
  • troubles du goût ;
  • rares neutropénies, agranulocytoses, thrombopénies et anémies ;
  • rares stomatites, pancréatites, atteintes hépatiques, crampes, paresthésies.

Le profil d'effets indésirables des sartans (losartan, etc.) est peu différent de celui des IEC. La toux semble moins fréquente.

Un excès de cancers est apparu dans une méta-analyse d'essais cliniques ayant évalué des sartans.

Un excès de mortalité cardiovasculaire est apparu dans 2 essais cliniques à long terme chez des diabétiques de type 2 traités par l'olmésartan versus placebo.

Les médicaments agissant directement sur le système rénine-angiotensine tels que les IEC, les sartans ou l'aliskirène ont des effets indésirables fœtaux établis au cours des deux derniers trimestres de la grossesse : hypotension artérielle, anurie, insuffisance rénale, oligoamnios, mort fœtale.

 

Profil d'effets indésirables des inhibiteurs calciques

Le profil d'effets indésirables des inhibiteurs calciques est principalement constitué de :

  • troubles liés à la vasodilatation périphérique surtout pour les dihydropyridines : céphalées, sensations vertigineuses, bouffées de chaleur, œdèmes des chevilles, prises de poids, hypotensions artérielles ;
  • troubles digestifs, reflux gastro-œsophagiens, constipations ;
  • troubles de la conduction intracardiaque, blocs auriculoventriculaires, bradycardies, insuffisances cardiaques particulièrement pour le diltiazem et le vérapamil ;
  • angor, infarctus du myocarde et accidents vasculaires cérébraux liés à une hypotension excessive ;
  • tachycardies pour certaines dihydropyridines ; bradycardies pour le diltiazem et le vérapamil ;
  • accroissements des gencives ;
  • atteintes cutanées (dont éruptions acnéiformes avec le diltiazem) ;
  • rares atteintes hépatiques ;
  • troubles mictionnels ;
  • gynécomasties ;
  • rares syndromes parkinsoniens.

Le bépridil a aussi les effets indésirables des antiarythmiques de classe I.

 

Profil d'effets indésirables des bêtabloquants

Le profil d'effets indésirables des bêtabloquants (propranolol, etc.) est surtout constitué de : 

  • insuffisances cardiaques, ralentissements de la conduction, bradycardies, hypotensions artérielles ;
  • bronchospasmes, liés au blocage des récepteurs B2 des muscles lisses bronchiques, exposant les patients asthmatiques ou atteints d'un syndrome obstructif à une dyspnée sévère voire mortelle ;
  • extrémités froides, exacerbations d'un syndrome de Raynaud ;
  • troubles digestifs, dont des diarrhées ;
  • rares hypoglycémies, modifications lipidiques ;
  • céphalées, asthénies, dépressions, sensations vertigineuses, hallucinations, confusions, troubles du sommeil y compris des cauchemars ;
  • troubles de l'érection ;
  • rares paresthésies, neuropathies périphériques, arthralgies, crampes, atteintes musculaires ;
  • rares pneumopathies, fibroses pulmonaires, pleurésies ;
  • au sevrage brutal : angors, morts subites.

Le sotalol, du fait de propriétés particulières, partage aussi les risques d'interactions des antiarythmiques et n'est pas un médicament de l'hypertension artérielle.


Profil d'effets indésirables des dérivés nitrés

Le profil d'effets indésirables des dérivés nitrés (trinitrine, etc.) est surtout constitué de :

  • bouffées de chaleur liées à la vasodilatation cutanée,
  • sensations vertigineuses ;
  • hypotensions artérielles, tachycardies réflexes et syncopes ;
  • céphalées.

En cas de surdose apparaissent : des vomissements, une agitation, une vision trouble, une hypotension artérielle, parfois sévère, des syncopes, et rarement une cyanose, et une méthémoglobinémie, des troubles respiratoires puis une bradycardie.


Profil d'effets indésirables de l'ivabradine

Le profil d'effets indésirables de l'ivabradine est surtout constitué de :

  • troubles visuels : éclairs lumineux (phosphènes), visions troubles ;
  • bradycardies parfois sévères, troubles de la conduction, blocs auriculoventriculaires ;
  • troubles du rythme cardiaque, dont des fibrillations auriculaires, extrasystoles ventriculaires et supraventriculaires ;
  • troubles digestifs : nausées, constipations, diarrhées ;
  • céphalées, sensations vertigineuses ;
  • dyspnées ;
  • crampes ;
  • hyperuricémies, éosinophilies, augmentations de la créatininémie.



Profil d'effets indésirables de l'amiodarone et de la dronédarone

Le profil d'effets indésirables de l'amiodarone est surtout constitué de :

  • bradycardies, arrêts sinusaux et troubles de la conduction ;
  • troubles du rythme ventriculaire et rares torsades de pointes ;
  • hypothyroïdies ou hyperthyroïdies ;
  • pneumopathies interstitielles et fibroses pulmonaires ;
  • dépôts cornéens ;
  • photosensibilités, colorations bleu-gris de la peau ;
  • insuffisances cardiaques rares ;
  • hypertensions intracrâniennes bénignes, neuropathies périphériques, paresthésies, myopathies, ataxies, tremblements, sensations vertigineuses, cauchemars, céphalées, insomnies, fatigues ;
  • hépatites et cirrhoses ;
  • anémies hémolytiques, aplasies médullaires ;
  • nausées, vomissements, goûts métalliques ;
  • épididymites.

Le profil d'effets indésirables de la dronédarone semble proche de celui de l'amiodarone mais qualitativement différent : plus de troubles digestifs et probablement hépatiques mais moins de troubles thyroïdiens, de troubles neurologiques. Il est moins connu du fait du plus faible recul d'utilisation.


Profil d'effets indésirables du clopidogrel, du prasugrel et de la ticlopidine

Le profil d'effets indésirables du clopidogrel et de la ticlopidine est principalement constitué de :

  • troubles digestifs essentiellement à type de diarrhées, troubles du goût ;
  • éruptions cutanées dont des syndromes de Stevens-Johnson ;
  • hémorragies ;
  • troubles hématologiques : agranulocytoses, aplasies médullaires, neutropénies, purpuras thrombopéniques thrombotiques, thrombopénies ;
  • maladies sériques ;
  • pneumopathies interstitielles ;
  • hépatites.

Le profil d'effets indésirables du prasugrel est moins bien connu que celui du clopidogrel dont il est très proche.

La ticlopidine a un profil d'effets indésirables moins favorable que le clopidogrel notamment en termes hématologiques. Il n'y a pas de raison d'initier de nouveaux traitements par la ticlopidine.


Profil d'effets indésirables du ticagrélor

Le profil d'effets indésirables du ticagrélor est mal connu. Sa structure chimique proche de l'adénosine fait prévoir des dyspnées avec des bronchospasmes, un ralentissement de la conduction intracardiaque auriculoventriculaire, des effets vasodilatateurs.

Ce profil est principalement constitué de :

  • hémorragies ;
  • dyspnées ;
  • pauses cardiaques, bradycardies ;
  • céphalées ;
  • hyperuricémies ;
  • augmentation de la créatininémie ;
  • hyperbilirubinémies ;
  • gynécomasties ;
  • photosensibilisations.

Des tumeurs ont été observées chez des rats exposés au ticagrélor.


Profil d'effets indésirables des statines

Le profil d'effets indésirables des statines (simvastatine, pravastatine, etc.) est surtout constitué de :

  • troubles digestifs fréquents ;
  • céphalées, sensations vertigineuses, insomnies, visions troubles, dysgueusies ;
  • atteintes musculaires, rhabdomyolyses, tendinites ;
  • augmentations des transaminases, justifiant un bilan hépatique avant traitement et une surveillance pendant le traitement jusqu'à 1 an après la dernière augmentation de dose, rares hépatites ;
  • éruptions cutanées ;
  • diabètes avec la rosuvastatine ;
  • rares pancréatites, polyneuropathies périphériques, pneumopathies interstitielles et fibroses pulmonaires ;
  • réactions d'hypersensibilité.

Il existe un doute sur un surcroît d'insuffisances rénales avec la rosuvastatine.


Profil d'effets indésirables des fibrates

Le profil d'effets indésirables des fibrates (gemfibrozil, fénofibrate, etc.) est surtout constitué de :

  • troubles digestifs fréquents ;
  • céphalées, sensations vertigineuses, fatigues, visions troubles, insomnies, im­puissances, dysgueusies ;
  • éruptions cutanées, prurits, photosensibilisations, alopécies ;
  • thrombopénies, anémies, leucopénies ;
  • hypoglycémies ;
  • augmentations des transaminases ;
  • lithiases biliaires ;
  • insuffisances rénales aiguës et chroniques ; le gemfibrozil semble peu ou pas impliqué ;
  • myopathies et rhabdomyolyses.

Un essai à long terme a montré une surmortalité sous clofibrate, liée à plusieurs pathologies, dont des cancers.

 

 Tiré de : Rev Prescrire 2011 ; 31 (338 suppl. interactions médicamenteuses) : 
 60-76  + 82-129. 

 

©Prescrire Novembre 2011

 

> Lire la suite : 1.6 - Profils d'effets indésirables de médicaments du diabète de type 2



Sommaire


Suite